#PanamaPapers: Jérôme Kerviel poke la Société Générale

Bouc-émissaire de l’un des plus grands scandales financiers français et personnalité très appréciée des Français, Jérôme Kerviel est le tison dont la Société Générale ne parvient pas à se débarrasser. Malgré la peine de prison à laquelle il a été condamné, il reste leur mauvaise conscience, l’ancienne créature qui se retourne contre son créateur avec un plaisir non dissimulé.

Et c’est délicieusement acide qu’il a tweeté, hier, à propos du nouvel embarras dans lequel se trouve plongé son ancien employeur, en rappelant une promesse de son PDG, Frédéric Oudéa.

 

Tweet JK

 

Dans un autre message, posté quelques minutes plus tard, Jérôme Kerviel partage un article du Monde — l’un des nombreux récipiendaires des #PanamaPapers — dans lequel il est révélé que la banque française a créé près de 1000 sociétés offshore avec l’aide du cabinet Mossack Fonseca. Une mauvaise publicité pour la Société Générale qui, depuis le scandale Kerviel, n’a jamais réussi à restaurer sa crédibilité auprès de l’opinion publique.

Et un drôle de palmarès. Les #PanamaPapers indiquent en effet que seules trois banques ont fait « mieux » : HSBC (avec 2 300 sociétés), UBS (1 100 sociétés) et Crédit Suisse (1 105 sociétés). Toutes sont poursuivies dans des affaires de fraude fiscale, rappelle Le Monde.

Soucieux de ne pas être éclaboussé par le scandale, le gouvernement a vivement réagi à cette nouvelle révélation par la voix du secrétaire d’État chargé du budget, Christian Eckert« Michel Sapin recevra dans les heures qui viennent les dirigeants de la Société générale pour avoir des explications avec eux. Ses dirigeants vont être passés, si j’ose dire, à la question par le ministre des finances. »

À suivre.

 

 

 

© Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *